POSTED BY 60milliongirls | Nov, 23, 2020 |

Mises en œuvre des projets éducatifs durant une pandémie

Lorsque la fermeture des écoles partout au monde a laissé 1,6 milliard d’enfants sans lieu éducatif, nous avons réalisé que les projets que nous finançons en Afrique subsaharienne affronteraient des obstacles considérables. Plusieurs pays dans cette région ont réussi à gérer les impacts du COVID sur la santé en imposant des protocoles stricts fondés sur leur expérience avec l’Ébola en 2014/2016. Cependant, ceci a occasionné des coûts incroyables et la perte de l’école pour des millions de jeunes dans cette région où l’école à distance est souvent impossible.

Les écoles sont maintenant partiellement ouvertes; cependant, personne ne sait s’il y aura une deuxième vague du COVID et quel impact elle pourrait avoir sur les étudiants.  De plus, on ne sait pas si les jeunes qui poursuivent présentement leurs études à la maison retourneront à l’école.  En général, l’incertitude demeure élevée et, selon un partenaire, tout le monde recherche les meilleures solutions face à ces circonstances. Naturellement, ceci n’est pas unique à l’Afrique subsaharienne. C’est la réalité partout au monde et tous doivent s’adapter.

Incroyablement, nos partenaires affrontent ces nouveaux défis vaillamment. Entre autres, ils utilisent les fonds attribués aux uniformes pour acheter des radios, créer des stations de lavage de mains et offrir aux communautés de l’information quant aux mesures de santé et de sécurité qui sont essentielles pour combattre le COVID.

Alors que nos partenaires ont choisi ce qu’ils devaient faire, nous les avons appuyés avec autant que flexibilité que possible. Nous avons toujours considéré qu’une relation de partenariat solide est fondamentale à l’atteinte de nos objectifs; et, en 2020, ceci est devenu encore plus important.

Crédit photo: Carrefour International

Voici une mise à jour quant aux projets que nos partenaires mettent présentement en place :

1. Nous travaillons avec War Child Canada afin de rehausser l’accès aux ressources éducatives de qualité pour les enseignants et étudiants dans les régions rurale au Sud du Soudan.

Ce projet vise à former 100 enseignants quant à l’utilisation de notre LAM et offrir à environ 1 600 enfants, dont 200 filles qui ne sont pas inscrites à l’école, accès à des ressources d’apprentissage amusantes et interactives. Le problème est que le COVID a confiné tous les enfants à la maison alors que les grèves d’enseignants (maintenant résolues) ont aggravé l’incertitude quant à la poursuite de l’enseignement. Nous avons accepté de prolonger le projet afin que les étudiants et les enseignants puissent jouir du LAM lorsque l’enseignement reprendra; ce que nous espérons voir plus tard cet automne.

2. Au Togo, nous appuyons un programme d’autonomisation des filles qui permettra aux adolescentes de connaître leur corps et leurs droits.

Ce programme vise à les protéger contre la violence sexuelle et fondée sur le genre ainsi que les grossesses précoces – l’une des principales causes du décrochage scolaire. Notre partenaire, Carrefour International, avait l’intention de former des clubs pour filles équipés de LAM; cependant, les fermetures des écoles ont imposé la fermeture des clubs aussi. Malheureusement, plus de temps à la maison a rehaussé le risque de violence sexuelle pour certaines adolescentes marginalisées. Cependant, le partenaire de Carrefour sur le terrain a communiqué avec les filles à risque et a poursuivi ses plans de créer un contenu approprié qui pourra être présenté sur les LAM. Au moment de rédiger ce texte, les écoles au Togo demeurent fermées, exception faite pour les étudiants de l’université ou du secondaire qui doivent prendre l’examen national.

3. En écart léger de notre engagement habituel avec un partenaire, nous appuyons deux projets de la Fondation Stephen Lewis cette année – au Zimbabwe et en Zambie – chaque projet recevra 50 000 $.

Les deux projets traitent d’enfants ou de jeunes adolescent(e)s touchés par le VIH/SIDA; les deux utilisent notre LAM afin de rehausser l’accès à des ressources éducatives de qualité pour les matières académiques en plus d’offrir de l’information sur la santé sexuelle et reproductive. Certains changements quant au budget pour le projet au Zimbabwe a fait que notre partenaire a acheté des radios au lieu des uniformes scolaires afin que les enfants puissent participer aux programmes d’école à la maison. Le partenaire local travaille aussi avec les enseignants pour offrir des cours de recyclage et la formation liée au LAM avant la réouverture des écoles (à la mi-septembre, les écoles ne sont ouvertes que pour les étudiants qui doivent prendre les examens nationaux). Les écoles en Zambie doivent rouvrir à la fin du mois.

Pour de plus amples renseignements, visitez notre site Internet; vous trouverez tous les détails quant aux buts et objectifs de chaque projet et la raison qui sous-tend notre travail avec ce partenaire en particulier.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter pour demeurer au courant des défis quant à l’éducation des filles.

 

 

 

TAGS : Carrefour International COVID-19 Fondation Stephen Lewis pandémie War Child Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *