POSTED BY a60millionsdefilles | Sep, 03, 2014 |
Chagni Kumari Chadana, 7 ans, Communauté   Kamoda, Inde  © Dominique et Maria Cabrelli, 2012

Chagni Kumari Chadana, 7 ans
Communauté Kamoda, Inde
© Dominique et Maria Cabrelli, 2012

 

Tous sont conviés à l’exposition photographique sur l’éducation des filles au Musée des beaux-arts de Montréal qui débutera le 23 octobre. L’exposition 60 millions de filles – Éduquer pour créer un monde équitable se poursuivra jusqu’au 23 novembre. L’accès à l’exposition est gratuit.

Cette initiative de Manuela Clément-Frencia, membre du comité exécutif de 60 millions de filles, fait suite à son désir d’observer in situ combien l’éducation peut changer le cours du destin des filles et peut transformer la communauté dans laquelle elles vivent. Manuela et quatre photographes, Dominique et Maria Cabrelli, Arvind Eyunni et Jean-François Lemire, ont ainsi visité le camp de réfugiés Kakuma, au Kenya, la communauté Kamoda, en Inde, et la communauté Wuchale, en Éthiopie. Ce voyage initiatique, réalisé à titre gracieux, a permis de rencontrer 120 jeunes filles soutenues dans le cadre des projets parrainés par 60 millions de filles, de même que des parents, des enseignants, des directeurs d’écoles et des membres d’organisations locales.

Le Musée des beaux-arts de Montréal a généreusement accepté d’exposer une partie de la collection amassée. L’exposition rend un hommage particulier aux jeunes filles qui, souvent dans des conditions ardues, se rendent chaque jour à l’école pour parfaire leur éducation et ainsi améliorer leur sort. Ce sont de véritables héroïnes au quotidien.

Parmi celles-ci, Leyla, 18 ans, a fui avec sa mère et ses deux jeunes frères sa Somalie natale en guerre. Leyla suit des cours de rattrapage dans une des écoles primaires du camp de Kakuma, au Kenya. Son quotidien – sa journée s’étire de 4   h   30 à 23 h 30 – est meublé d’études, de travaux domestiques et de soins aux plus jeunes. Forte d’une incroyable détermination, Leyla aspire à obtenir son certificat d’études primaires kenyan. Elle souhaite avoir une place à l’école secondaire du camp et rêve de retourner dans son pays pour venir en aide à la population.

Venez donc nombreux au Musée faire connaissance avec Leyla et ses compagnes. Leurs histoires captivantes et leurs portraits empreints de dignité vous inspireront.

TAGS : exposition photographique Musée des beaux-arts de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.