POSTED BY 60milliongirls | Sep, 11, 2019 |

De nouveaux outils d’apprentissage pour une communauté rurale au Guatemala

Pendant notre séjour au Guatemala, nous avons visité l’école primaire San Ysidro dans la communauté rurale et autochtone de Comitancillo. Nous avons financé un projet ici en 2018 avec notre partenaire, Change for Children, et nous avons voulu voir l’impact cela a eu sur les enfants et leurs enseignants. Nous sommes très satisfaits des résultats. Et, plus important encore, la communauté l’est aussi.

Pour montrer leur reconnaissance, tous les habitants de Comitancillo sont venus nous accueillir. Les écoliers, le comité de parents, les conseillers municipaux locaux et le maire, les représentants du ministère de l’Éducation et le personnel de notre partenaire local, l’Association Mayan Mam pour la recherche et le développement (AMMID), ont tous participé à une cérémonie pour honorer notre contribution à leur communauté.

Ils nous ont même offert, à Josiane et à moi, une broderie traditionnelle Maya-Mam pour nous remercier de l’investissement de 60 millions de filles dans leurs enfants.

C’était réconfortant. Et il a affirmé, une fois de plus, l’importance d’atteindre tous les enfants, quel que soit l’endroit où ils vivent, pour s’assurer qu’ils puissent recevoir une éducation de qualité.

L’éducation est un droit pour chaque enfant, quel que soit son lieu de naissance, sa fortune familiale, son appartenance ethnique ou son sexe

Les enfants autochtones du Guatemala rural sont parmi les plus pauvres du pays. Ils sont également les moins susceptibles de fréquenter l’école. Presque tous les enfants de familles aisées du Guatemala, et la plupart des enfants des villes, achèvent leurs études primaires. Mais les enfants pauvres des zones rurales comme Comitancillo sont laissés pour compte.

Selon l’Institut de statistique de l’UNESCO, un peu plus d’un tiers des enfants guatémaltèques de la catégorie des revenus les plus faibles terminent leurs études primaires. Et les enfants pauvres sont encore moins susceptibles de terminer le premier cycle de l’enseignement secondaire (généralement âgés de 12 à 14 ans), un peu plus d’un dixième d’entre eux terminant ce niveau d’études. En comparaison, les trois quarts des enfants de familles aisées terminent le premier cycle du secondaire.

Douze ans d’éducation de qualité, c’est le droit de chaque enfant. C’est ce que les familles veulent pour leurs enfants et c’est ce que nous, en tant que fondation, nous essayons de transformer en réalité.

Lors de la sélection des projets, 60 millions de filles estime que le degré de vulnérabilité des enfants est une considération importante. Ici, dans le Comitancillo rural, où les enfants du groupe autochtone Mayan Mam parlent leur propre langue, où les filles sont susceptibles de se marier jeunes et où peu – filles ou garçons – terminent leurs études secondaires, le degré de vulnérabilité est élevé.

Vous pouvez tout lire sur notre projet à Comitancillo, sur notre site Web. 

Un nouveau centre technologique permet aux enfants d’explorer et d’apprendre

L’un des principaux objectifs de notre projet était de donner aux enfants l’accès à du matériel d’apprentissage interactif hors ligne grâce à notre laboratoire d’apprentissage mobile (LAM). La formation des enseignants était également un aspect important du projet, car la plupart d’entre eux n’ont pas reçu de formation formelle ou n’ont pas été exposés à la technologie. Même les manuels scolaires sont rares.

Au nouveau centre technologique de l’école San Ysidro, nous avons vu une enseignante incorporer certains des outils d’apprentissage du LAM dans ses leçons.

Le LAM est basé sur le RACHEL – un « hotspot » ou mini-serveur qui peut connecter plusieurs ordinateurs portables ou tablettes – et donne aux enfants et aux enseignants l’accès à du matériel pédagogique amusant et interactif hors ligne. Cela signifie que dans des communautés comme Comitancillo, où il n’y a pas de connexion Internet, le LAM donne aux enfants accès à des tutoriels de mathématiques et de sciences, des livres électroniques et d’autres outils d’apprentissage, tous conçus pour répondre aux besoins de la communauté.

Le centre technologique, opérationnel depuis février 2019, est grand, aéré et bien construit. Il a été bâti spécialement pour abriter le LAM. De multiples prises électriques pour charger les tablettes tapissent les murs et sont encastrées dans le plancher. Le RACHEL est suspendu haut sur le mur.

Les tablettes sont connectées à un clavier séparé car l’AMMID a estimé que les élèves et les enseignants trouveraient plus facile de taper de cette façon. La plupart des enfants, cependant, semblaient utiliser le clavier intégré sur la tablette. Comme tous les enfants du monde, ils s’adaptent rapidement aux nouvelles technologies. Nous avons trouvé la polyvalence de cette configuration intéressante.

Chaque élève de l’école de San Ysidro a accès au LAM en classe pendant une heure par semaine, l’enseignant dirigeant le processus d’apprentissage. Les élèves de 6e année ont accès au LAM tous les jours.

La formation des enseignants, un élément clé du projet

Nous savons tous qu’un bon enseignant peut faire une énorme différence dans l’apprentissage. C’est pourquoi la formation des enseignants est un élément clé de notre projet à Comitancillo. D’une certaine manière, c’est encore plus important ici qu’ailleurs parce que la plupart des enseignants n’ont pas beaucoup d’éducation formelle eux-mêmes.

De plus, à part le LAM du centre de technologie, cette communauté n’a pratiquement aucun accès à la technologie, quelle qu’elle soit. Il n’y a qu’une poignée de gens ici qui ont un téléphone cellulaire et aucun n’a un téléphone intelligent.

Dans l’ensemble, cela a rendu plus difficile pour les enseignants de s’adapter à de nouvelles façons de faire les choses.

Pour les aider à s’adapter aux nouveaux outils d’apprentissage, une brigade d’enseignants de l’Alberta a donné aux enseignants locaux une formation de deux semaines en juillet. La brigade s’est rendue spécifiquement sur place pour travailler sur les approches pédagogiques à utiliser avec le LAM.

Plus tôt dans l’année, Mundo Posible a présenté aux enseignants leur cours de formation hors ligne MOOC (voir blogue précédent). Cependant, l’adoption a été lente. Afin de mieux comprendre comment ils peuvent aider les enseignants de Comitancillo à utiliser toute la gamme des matériels sur le LAM, les spécialistes en technologie et en pédagogie de l’AMMID passeront du temps dans d’autres écoles où les enseignants ont déjà participé à cette formation pédagogique du MOOC.

L’idée est que cela les aidera à mieux comprendre comment mieux impliquer leurs enseignants et à proposer de nouvelles approches malgré leur manque de compétences techniques.

C’était merveilleux de voir les enfants utiliser le LAM et explorer les possibilités qu’il offre. Surmonter les défis fait partie de chaque projet, et avec le soutien enthousiaste de la communauté et de nos partenaires locaux, tout est possible. Tous les enfants, où qu’ils vivent, devraient pouvoir recevoir une éducation. C’est leur droit.

Wanda Bedard
Présidente et fondatrice, 60 millions de filles

TAGS : laboratoire d’apprentissage mobile (LAM) World Possible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *