POSTED BY a60millionsdefilles | Fév, 11, 2013 |

Ariane Emond

  par Ariane Émond

  Marraine 60 millions de filles

Elles sont parties! Wanda Bedard, la présidente de 60 millions de filles, ses deux filles Vida et Liah, de jeunes professionnelles talentueuses, et notre super désigner artistique, Negin Atashband. Elles ont investi leurs économies personnelles pour se rendre en Sierra Leone visiter un projet que la fondation 60 millions de filles soutient dans l’enthousiasme depuis deux ans (2012-2013). Hier, nos quatre collègues se sont envolées leurs bagages remplis de petites surprises pour les centaines d’écoliers qu’elles visiteront grâce à notre partenaire terrain CAUSE Canada. La Sierra Leone n’est pas une destination courue pour prendre des vacances cependant. C’est un des pays les plus pauvres du monde : 75% de la population y vit avec moins de 2 $ par jour. Les femmes et les filles sont encore plus désavantagées.

Nous avons hâte de partager avec vous dans les prochains jours (dans ce blogue) leurs tribulations au cœur de ce pays ravagé par une décennie de guerre civile atroce. Les conflits armés sont terribles pour tous mais particulièrement épouvantables pour les filles et les femmes victimes de viols à répétition, d’esclavages sexuels et de rapts en tous genres. La paix revenue, elles doivent vivre avec des blessures immenses et des enfants qu’elles devront élever envers et contre tous. Je ne vous apprends rien, je sais.  Mais c’est dire combien le retour en classe est quelque chose de précieux pour les élèves qui ont perdu bien des repères pendant ces années de feu. Notre soutien engagé auprès des filles les plus marginalisées du monde ne se dément pas. L’éducation est la clé de l’autonomie.

Le projet que nous appuyons possède un volet formidable, le Club de mères, qui permet, entre autre, aux fillettes de côtoyer des étudiantes inspirantes, de découvrir des mentors, d’incarner leurs rêves en s’inspirant de femmes bien en chair qui les encouragent à tenir à leurs études et à se dépasser.

Sierre Leone

Nos quatre collègues de la Fondation sont aussi des femmes inspirantes et je ne doute pas qu’en passant du temps dans quelques-unes des 15 écoles du District de Koinadugu en Sierra Leone, conversant avec certains des 4 515 enfants (dont 2 305 filles) touchées par le projet que nous marrainons (à hauteur de 100,000$), elles deviendront  à leur tour des modèles inspirants pour ces jeunes  filles de 6 à 16 ans.

Screen shot 2013-02-01 at 2.37.19 PM

Ici comme ailleurs nous avons tellement besoin de femmes inspirantes pour ne pas sombrer dans le cynisme et, au contraire, unir nos forces pour faire baisser les inégalités qui sont le cancer de toute société.

TAGS :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *