POSTED BY dev@concept9.ca | Mar, 02, 2014 |
Leçons apprises…
Par Wanda Bedard

Au cours des huit dernières années, 60 millions de filles a investi 1,9 million de dollars pour soutenir 17 projets dans 13 pays, venant ainsi en aide à plus de 10 000 enfants, dont la majorité est des filles. Nous sommes fiers de ces réussites, mais, selon moi, notre plus grande réalisation demeure les connaissances que nous avons acquises pendant cette période.Ce que nous avons appris :

    1. L’importance vitale d’avoir d’excellents partenaires. Grâce à leurs nombreuses expériences dans le domaine de l’éducation des filles, nos partenaires ont été une source incroyable d’information et d’expertise pour nous. Par ces relations solides, engagées, transparentes et ouvertes, nous avons appris le bon fonctionnement des choses ainsi que le moment et la façon de procéder. L’approche et l’expertise de chaque partenaire sont uniques, et nous avons eu la chance d’observer les différentes questions sous des angles variés. Les pratiques exemplaires des meilleurs partisans de l’éducation des filles dans le monde nous en enseignent beaucoup !
    2. Le réseautage. Nous discutons constamment avec toute sorte de gens œuvrant dans différents domaines d’expertise du développement, nous avons des rencontres avec eux et, plus important encore, nous les écoutons. Qu’il s’agisse d’économie de la pauvreté, de problèmes et de défis concernant la littératie et la numératie, de préoccupations de gouvernance, de responsabilité, de santé, d’autonomisation, chaque domaine d’étude procure de nouvelles perspectives sur ce qui rend un programme efficace.
    3. Sortir des sentiers battus. Pourquoi les guerriers massaï possèdent ils donc des téléphones cellulaires??? La technologie mobile a transformé les communications dans les pays en développement de telle sorte qu’elles auraient semblé inimaginables il y a à peine dix ans. Il est incroyable de constater que ces pays ont passé outre une génération entière de technologie et sauté par dessus les lignes terrestres pour aller directement aux téléphones cellulaires! Pouvons nous repenser l’??ducation en régions rurales de la même façon? Le monde a changé. L’enseignement doit il absolument avoir une approche traditionnelle? Pouvons nous faire mieux?
    4. Le réseautage. En ai je déjà parlé? Puisque nous pensons toujours au travail de la fondation, nous discutons des problèmes d’éducation avec toutes les personnes que nous rencontrons, qu’il s’agisse de spécialistes des TI, de neuroscientifiques, d’entrepreneurs, d’enseignants, d’économistes, d’artistes, d’ingénieurs ou de designers. Ces gens présentent tous une nouvelle perspective et une foule d’aptitudes à résoudre des problèmes.

Les connaissances que nous avons accumulées et notre petite structure souple nous permettent d’exploiter ce que nous faisons de mieux en matière d’approches innovatrices.

Si vous avez assisté à notre conférence en octobre dernier, vous vous souviendrez peut être que j’ai mentionné des clés USB qui étaient en route pour la Sierra Leone le soir même. Elles faisaient partie de la phase 1 d’un projet pilote peu coûteux que nous avons développé avec notre partenaire, CAUSE Canada, et nommé « apprentissage sur ordinateur autogéré dans un milieu rural ». Nous avons réussi à atteindre nos très modestes objectifs et de mettre en place l’utilisation d’un programme de tutorat en mathématique (KA Lite) pour 60 filles du secondaire à Kabala. Nous sommes maintenant à définir la phase 2, laquelle rejoindra des centaines d’élèves au cours de plusieurs mois, ainsi qu’à mesurer ses répercussions sur leurs résultats à l’examen national. Ainsi, nous aurons davantage d’information pour la prestation d’apprentissages autogérés.

Il se passe des choses absolument excitantes pour aider à soutenir la performance scolaire à l’aide de solutions techniques peu coûteuses et conviviales!

Nos campagnes de 2014!

C’est grâce à vous que nous pouvons continuer de financer nos prochaines campagnes pour 2014!!

Nous entreprendrons la deuxième année de notre engagement de deux ans de 300 000 $ avec Enfants Entraide pour l’école secondaire pour filles de Oleleshwa, au Kenya. Ce merveilleux projet constitue la continuation de notre investissement précédent de la construction de l’école primaire Oloosiyioi du Massaï Mara. Les jeunes filles diplômées avaient des occasions particulièrement limitées de poursuivre leur éducation à l’école secondaire. Oleleshwa procure un environnement magnifique pour ces filles intelligentes et déterminées afin qu’elles puissent réaliser leur plein potentiel dans cette école bien équipée et innovatrice.

march2014_careNous continuons également d’offrir notre soutien à l’éducation en Afghanistan. Le projet original que nous avons appuyé en 2008 consistait à bâtir des écoles communautaires et à offrir une formation en enseignement aux enseignantes au moment même où les enfants étaient nombreux à réintégrer le système scolaire après la chute du règne des talibans. Notre nouveau projet, avec CARE Canada, se concentrera sur la construction d’une école nécessaire dans la province de Khost et un engagement communautaire pour travailler au sein de la plaque tournante du système scolaire ainsi que l’élaboration de plans d’amélioration pour les écoles de la région. Les filles en Afghanistan se situent toujours au bas de la plupart des indices de scolarité mondiaux. Malgré les faibles statistiques, les parents réclament des espaces sécuritaires permanents pour leurs filles afin de les envoyer à l’école. Ce projet représente une occasion de soutenir ces filles très vulnérables et de les aider à transformer leur vie.

Quelle vérité? Quel type de réconciliation?

Par Lesley Stewart
L’Institut d’étude du développement international (IEDI) de l’Université McGill tiendra une conférence internationale les 13 et 14 mars 2014. L’objectif sera d’explorer les facteurs qui déterminent le succès des Commissions de vérité et de réconciliation (CVR). Les CVR ont été mises en place dans de nombreux pays, dont le Canada, pour reconnaître les violations des droits de la personne commises dans le passé et s’assurer que ces injustices ne se reproduisent pas. Il existe maintenant près de 30 CVR dans le monde. La conférence de l’IEDI présentera un forum pour permettre l’exploration de ces événements de façon comparative. Parmi les distingués conférenciers, on retrouvera Bev Carrick, directrice générale de CAUSE Canada, notre partenaire dans la Sierra Leone. Elle donnera un aperçu des mesures prises par son organisme pour tenter d’atténuer les effets d’une guerre civile de 10 ans, la réintégration socioéconomique des amputés de guerre et des enfants soldats ainsi que des projets de reconstruction, notamment en ce qui concerne l’infrastructure d’enseignement.

Suivez Wanda…

À l’occasion de la Semaine internationale de la femme, notre présidente, Wanda Bedard, sera la conférencière d’honneur du colloque Muriel V. Roscoe qui aura lieu le 6 mars à l’Université McGill. Elle ira ensuite donner une conférence au Cégep John Abbott le 10 mars dans le cadre du programme sur l’étude des femmes et des genres.

L’iniquité en éducation

À quoi ressemble l’iniquité en éducation? Le sexe, le lieu de naissance et le statut socioéconomique dicteront la réussite scolaire d’un enfant, actuelle et future. Ces représentations graphiques, qui proviennent du plus récent Rapport Mondial de Suivi sur l’Éducation pour tous de l’UNESCO, illustrent bien ces enjeux.

march2014_unesco3march2014_unesco2

TAGS :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *