POSTED BY 60milliongirls | Apr, 15, 2019 |

Le mariage des enfants brise les rêves, mais l’éducation est la solution

Catherine Coisasi rêve de devenir astronaute et, en tant qu’étudiante à l’école secondaire de filles Maasai Women Development Organization (MWEDO) en Tanzanie, elle suit des cours de sciences et de mathématiques – ses matières préférées – pour poursuivre cet objectif.

Et Catherine a un deuxième objectif. Elle veut changer la perception dans sa communauté que la valeur d’une fille réside dans le fait d’être une épouse et une mère, une croyance qui a forcé de nombreuses filles à abandonner l’école et à se marier alors qu’elles étaient encore elles-mêmes des enfants.

Catherine dit : « Dans le village natal, ils ne considèrent pas l’éducation comme une nécessité, surtout pour une fille. Ils croient que les filles sont nées pour devenir épouses et qu’elles constituent l’une des sources de revenus de leur famille parce que, lorsqu’elles seront assez âgées, elles seront données à un vieil homme ou à un homme qui sera prêt à payer un dot élevé. »

Le mariage des enfants lié à la pauvreté

L’UNICEF estime que 650 millions de filles et de femmes, vivantes actuellement, se sont mariées quand elles étaient enfants. Mais avec l’aide d’organisations locales centrées sur les femmes comme MWEDO et des filles comme Catherine, la situation a changé depuis une génération et les jeunes femmes d’aujourd’hui sont moins susceptibles d’être forcées de se marier tôt que les femmes qui sont maintenant dans la quarantaine.

En Tanzanie, où vit Catherine, plus de 30 % des filles âgées de 20 à 24 ans sont mariées avant leur 18e anniversaire, et un peu plus de 5 % sont mariées avant l’âge de 15 ans. Par comparaison, 40 % des femmes de 45 à 49 ans étaient mariées à 18 ans et 8,5 % à 15 ans.

Pourtant, comme pour toutes les données, l’agrégat ne dit pas tout. Des recherches plus approfondies révèlent que dans les zones rurales, le taux de mariages d’enfants en Tanzanie peut atteindre 59 %. Cela peut être attribué au faible niveau d’éducation, à la pauvreté élevée et au désir de suivre les normes culturelles traditionnelles.

Au niveau mondial, la volonté politique de mettre fin au mariage des enfants gagne du terrain et des objectifs ont été fixés pour surveiller cette pratique. Les objectifs de développement durable (ODD) – un ensemble d’objectifs adoptés en 2015 pour débarrasser le monde de la pauvreté et de la faim tout en garantissant l’égalité des sexes, l’éducation universelle, le respect de l’environnement et le renforcement des institutions politiques – appellent les pays à mettre fin au mariage des enfants avant 2030.

Plus précisément, la cible 5.3 des objectifs du Millénaire pour le développement exige des pays à « éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine. » Et il existe des indicateurs mesurables qui permettent aux pays d’évaluer leurs progrès – et de se comparer à d’autres pays dans le monde.

Au niveau national, dans le cadre de son engagement envers les ODD, le gouvernement tanzanien a proposé de nouvelles lois en 2016 pour rendre le mariage des enfants illégal, mais le tribunal les a déclarées inconstitutionnelles et la législation n’a pas encore été appliquée.

L’enseignement secondaire est la clé de l’autonomisation des filles et des femmes

Même en l’absence de lois nationales pour protéger les filles vulnérables, des groupes comme MWEDO s’engagent auprès des communautés, parlent aux femmes et leur enseignent l’importance de l’éducation des filles. Catherine raconte : « Ma mère m’a emmenée à l’école MWEDO où j’ai été sélectionnée parmi les filles parrainées par les fonds de 60 millions de filles. C’était tellement excitant et maintenant je me rends compte que j’étais très chanceuse puisque beaucoup d’autres filles n’ont pas eu l’occasion de venir à cette école. »

Catherine a de la chance que sa mère lui ait donné la possibilité d’aller à l’école secondaire, car c’est la clé pour mettre fin au mariage des enfants et pour donner à toutes les filles la chance de travailler à la réalisation de leurs rêves et de leurs objectifs.

Les recherches de la banque mondiale suggèrent que « si l’éducation secondaire universelle était réalisée, le mariage des enfants serait pratiquement éliminé. » De plus, chaque année supplémentaire d’études secondaires entraîne une baisse de 7,5 % du nombre de mariages d’enfants.

Lorsque les filles sont retirées de l’école, elles perdent la protection qu’une éducation peut leur offrir. Et, à plus grande échelle, le manque d’éducation se traduit aussi par d’énormes pertes de potentiel humain en termes de revenus, de bien-être économique, de santé et de capacité des femmes à se défendre elles-mêmes.

Nous croyons que chaque fille a le droit d’aller à l’école pour poursuivre ses objectifs et de rêver de devenir astronaute – ou tout ce qui l’intéresse.

60 millions de filles est fière de soutenir Catherine et d’autres filles comme elle en partenariat avec la Fondation Stephen Lewis et MWEDO.

Pour en savoir plus sur la Fondation 60 millions de filles ou pour faire un don, visitez notre site Web et suivez-nous sur Facebook et Twitter.

TAGS : Banque mondiale éducation des filles Fondation Stephen Lewis marriage des enfants Tanzanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *