POSTED BY 60milliongirls | Apr, 24, 2019 |

La MGF viole les droits humains. Qu’est-ce qu’on en fait ?

Les élèves de l’école secondaire de la Maasai Women Development Organization (MWEDO) en Tanzanie poursuivent leur rêve de devenir femmes d’affaires, médecins, avocates et historiennes. Pour ces filles, l’école signifie l’accès à des matériels d’apprentissage de qualité et à des modèles féminins. C’est aussi un refuge sûr contre le mariage précoce et de son vilain compagnon de lit, la mutilation génitale féminine ou l’excision (MGF/E).

La MGF viole les droits humains des femmes et des filles et perpétue et renforce les inégalités entre les sexes. C’est une pratique pour contrôler le corps des femmes et leur sexualité. Certains disent que cela remonte à des centaines, voire des milliers d’années. Pourtant, la MGF continue d’avoir un impact sur les filles et les femmes aujourd’hui avec toutes les conséquences négatives pour la santé (sans parler de l’estime de soi) qui vont de pair.

Malaika Lehoo Laizer, 16 ans, étudiante à l’école secondaire MWEDO, dit que sa famille, n’ayant plus les moyens de la garder à l’école, l’a forcée à se marier – mais pas avant de subir une MGF pour préserver son honneur.

Elle dit : « J’ai vu mon rêve d’éducation souffrir d’un coup dur et je n’avais pas d’autre choix que de rester à la maison et d’attendre que le destin s’en empare. Pendant que j’attendais une autre chance de retourner à l’école, mon oncle m’a forcée à me marier avec un homme âgé qui a promis de donner deux vaches à ma grand-mère et une à mon oncle. »

Heureusement, Malaika s’est échappée et une tante l’a aidée à obtenir une bourse pour étudier à l’École secondaire pour filles MWEDO.

La MGF est la plus répandue là où l’éducation est la moins disponible

Bien que le nombre exact de femmes qui ont subi une MGF ne soit pas clair, l’UNICEF estime qu’elle touche 200 millions de femmes dans 30 pays. Dans 12 pays, plus de la moitié des femmes ont été soumises à cette procédure et, dans certains pays comme la Somalie, la Guinée et Djibouti, la MGF est pratiquement universelle.

Si rien n’est fait pour contrer les coutumes et les normes qui perpétuent cette pratique, la croissance démographique signifie que 4,6 millions de filles par an pourraient faire face au couteau d’ici 2030, contre 3 millions actuellement.

En Tanzanie, 10 % des filles et des femmes âgées de 15 à 49 ans ont été excisées, bien que le pourcentage total varie selon la région, la richesse et l’éducation, avec, comme vous pouvez le deviner, les plus pauvres et les moins instruites les plus à risque. En fait, près d’une femme sur cinq parmi les plus pauvres de Tanzanie subit les MGF, qui surviennent généralement lorsqu’une fille atteint la puberté, bien que dans de nombreux pays, elles se produisent à un âge beaucoup plus précoce. En comparaison, 4 % des femmes les plus riches en Tanzanie sont soumises à cette pratique. Dans certaines régions, jusqu’à 80 % des femmes et des filles ont subi des MGF.

Sur la scène internationale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l’UNICEF se sont associés en 1997 pour condamner cette pratique. Et, à la suite de déclarations communes en 2007 et 2008, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution en 2012 pour mettre fin à toutes les formes de MGF. Le programme d’objectifs de développement durable (ODD) approuvé en 2015 a créé une pression politique supplémentaire pour aller de l’avant et mettre fin aux MGF d’ici 2030.

Il faudra une éducation locale et communautaire aux droits humains pour protéger les filles les plus vulnérables

La bonne nouvelle, c’est que les enquêtes de l’UNICEF révèlent que les deux tiers de la population des régions où les MGF se produisent pensent qu’il faut y mettre fin. En Tanzanie, 95 % des femmes et des filles et 89 % des hommes et des garçons veulent mettre fin à cette pratique, bien que les personnes moins instruites soient plus susceptibles de vouloir continuer comme elles l’ont toujours fait. L’antipathie croissante à l’égard des MGF se reflète dans le fait que les adolescentes plus jeunes sont soumises à des taux d’excision beaucoup plus faibles que les femmes qui sont maintenant dans la quarantaine.

En fin de compte, tous les enfants doivent avoir accès à au moins 12 ans d’éducation gratuite et de qualité afin d’isoler pleinement les filles et les femmes de cette violation et de veiller à ce que leurs droits humains et la dignité de la personne soient respectés par leurs familles et leurs communautés.

Malaika dit : « Je veux devenir médecin pour pouvoir aider les gens de ma communauté, en particulier les femmes, et être un modèle pour les autres jeunes filles qui pensaient ne pas pouvoir réaliser leurs rêves. »

Bravo Malaika! Nous sommes avec toi jusqu’au bout.

Pour voir comment la Fondation 60 millions de filles soutient les filles vulnérables, veuillez visiter notre site Web. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

TAGS : droits humaines FNUAP Fondation Stephen Lewis MGF mutilations genitales feminines OMS Tanzanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *