POSTED BY 60milliongirls | Aug, 14, 2019 |

L’éradication de la pauvreté commence par le relèvement des femmes et des filles

Donner aux filles et aux femmes les outils nécessaires pour se sortir de la pauvreté est au centre de notre action. C’est également le sujet d’un nouveau livre de Melinda Gates intitulé The Moment of Lift : How Empowering Women Changes the World.

Gates, qui est coprésident de la Fondation Bill et Melinda Gates, discute de l’importance vitale de faire venir les personnes les plus vulnérables, habituellement les femmes, de la marge de la société. Ces filles et ces femmes, écrit-elle, sont tellement habituées à ce que les autres piétinent leurs besoins les plus élémentaires qu’elles ne pensent même pas à demander du changement.

Alors que le travail de Gates pour l’autonomisation des femmes dans les pays en développement occupe la majeure partie de cette lecture intéressante, elle note que les femmes partout dans le monde ne bénéficient pas de l’égalité des sexes sur le lieu de travail et à la maison. Même dans les sociétés les plus égalitaires, les femmes font plus de travail non rémunéré que les hommes.

Gates aborde avec enthousiasme le sujet du travail non rémunéré, se plongeant dans des histoires personnelles et décrivant utilement comment elle et son mari, le fondateur de Microsoft, Bill Gates, ont abordé cette question dans leur propre maison lorsque leurs enfants étaient jeunes.

Il a assumé des tâches de covoiturage préscolaire, par exemple, ce qui, fait intéressant, a encouragé plus de pères à l’école à partager cette tâche avec leurs épouses.

Et, ce qu’il y a de favori dans la famille Gates, c’est que personne ne devait quitter la cuisine après le dîner jusqu’à ce qu’elle l’ait fait – en d’autres termes, jusqu’à ce que tout ait été rangé. M. Gates insiste sur le fait que mettre fin à la répartition inégale du travail non rémunéré à la maison est une question de partenariat dans le mariage.

La connexion est cruciale

De même, aborder les questions d’égalité des sexes dans les pays en développement est une question d’établissement de liens et de compréhension entre les personnes.

Elle écrit : « Dans les sociétés de grande pauvreté, les femmes sont marginalisées. Les femmes sont de l’extérieur. Ce n’est pas une coïncidence. Quand une communauté chasse un groupe, surtout les femmes, cela crée une crise qui ne peut être renversée qu’en ramenant les gens de l’extérieur. »

Crédit photo : Site Web de la Fondation Bill et Melinda Gates

Selon M. Gates, ce n’est qu’en mettant fin à cette mentalité « d’outsider » et en créant des liens entre les gens que nous parviendrons à mettre fin aux inégalités et à la pauvreté.

Le Moment de l’Ascension est plein d’exemples de la façon dont on peut le faire, et ils commencent tous par écouter. Au fil des ans, M. Gates s’est rendu dans de nombreuses communautés éloignées à travers le monde pour écouter les filles et les femmes. Un thème qui est apparu dans son travail au milieu des années 1990 était la nécessité d’améliorer l’accès des femmes aux contraceptifs dans les pays en développement.

Plus tard, alors qu’elles travaillaient sur un projet de prévention du VIH/SIDA en Inde qui se concentrait sur l’augmentation de l’utilisation du préservatif par les professionnel(le)s du sexe, les femmes lui ont dit que le préservatif n’était pas le problème : elles le connaissaient. Le problème était que les hommes ne voulaient pas les porter et leur demander de le faire augmentait la violence au travail. L’écoute a aidé à orienter le projet d’une manière qui a donné des résultats : moins de violence, plus d’utilisation de préservatifs et des taux de VIH plus faibles.

Gates se souvient aussi d’avoir appris de l’organisation caritative Tostan, au Sénégal, qui utilise l’empathie et le dialogue pour mettre fin aux traditions du mariage des enfants et de l’excision des organes génitaux féminins. Dans un exemple émouvant, elle décrit comment une communauté s’est unie pour mettre fin à ces pratiques et protéger ses filles d’une vie de complications de santé (de l’excision) et d’un manque d’autonomie (les jeunes mariées n’ayant pas accès à une éducation).

Pouvoir transformateur de l’éducation

Une fille qui a la possibilité d’aller à l’école apprend à dire « non » aux préjugés dans sa société. L’éducation lui donne les outils et la confiance nécessaires pour se battre pour s’intégrer dans la société, de la marginalité au centre. Il crée le moteur du changement.

Gates écrit : « Quand on envoie une fille à l’école, la bonne action ne meurt jamais. Pendant des générations, il fait progresser tous les biens publics, de la santé aux gains économiques, en passant par l’équité entre les sexes et la prospérité nationale. »

C’est un fait que l’éducation d’une fille a des effets croisés dans toute la société. Pour illustrer son propos, Mme Gates s’appuie sur son vaste réservoir d’expérience et sur une foule d’observations anecdotiques. Elle nous parle de Kakenya Ntaiya, une jeune fille maasai de 13 ans au Kenya, qui a accepté de se faire exciser les parties génitales féminines en échange de la permission de son père de continuer ses études.

En fin de compte, Kakenya n’a pas seulement obtenu son diplôme d’études secondaires, elle a poursuivi ses études aux États-Unis, où elle a obtenu un doctorat en éducation. Puis elle est retournée dans son village pour ouvrir une école de filles.

Toujours impartial et conscient des problèmes qui se posent plus près de chez lui, M. Gates souligne également les disparités du système éducatif américain, qui peuvent marginaliser les enfants en marge de la société. Les enfants des centres-villes ou des zones rurales pauvres ne se voient pas toujours offrir des cours de niveau secondaire qui leur permettraient d’aller à l’université. Cela renforce les inégalités et le manque de liens.

Le Moment de l’Ascension nous a profondément interpellés, puisque 60 millions de filles ont pour mission de financer des projets d’éducation pour les enfants – en particulier les filles – dans certaines des situations les plus vulnérables.

Cette livre montre le désir réel de Gates de faire une différence dans le monde. Son regretté ami, Hans Rosling, s’était demandé ce que les milliardaires américains pouvaient faire pour résoudre la pauvreté et la marginalisation dans le monde. Mais Gates a pris ces questions à cœur, rencontrant des gens et s’immergeant dans la recherche de solutions pour répondre aux besoins des gens à travers le monde.

Si vous voulez en savoir plus sur la façon dont l’élévation des femmes peut profiter à des sociétés entières, ce livre est un bon point de départ.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter pour en savoir plus sur la façon dont nous élevons les femmes et les filles par l’éducation.

TAGS : l'éducation des filles Moment of Life

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *