Octobre 2017

De la Tanzanie à Montréal!

Joignez-vous à nous le jeudi 16 novembre 2017 pour une soirée avec Ndinini Kimesera Sikar, cofondatrice de MWEDO (Masaai Women’s Development Organization). À cette occasion, Ndinini nous partagera son histoire en tant que femme massaï ayant grandie en Tanzanie avec des possibilités limitées en termes d’éducation et d’emploi. En fait, seulement 1% des filles de ces communautés se rendent jusqu’aux études secondaires.

Malgré de nombreuses embûches, Ndinini a pour sa part réussi à compléter un MBA. Elle a travaillé pendant de nombreuses années en tant que gestionnaire des ressources humaines et des relations d’affaires. En 2005, avec deux autres femmes massaï, elle a décidé de retourner dans sa communauté et de mettre en place une organisation visant spécifiquement à soutenir les filles et les femmes, principalement en matière d’éducation.

Rejoignez-nous à la BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec) le 16 novembre 2017. Nous sommes impatients de partager cet événement avec vous et de vous pour présenter un des projets que la Fondation 60 millions de filles soutient cette année.

Venez tout d’abord entendre comment une éducation de qualité peut transformer l’avenir d’une adolescente. Pour acheter un billet, cliquez ici.

Et de Montréal à la Sierra Leone!

Notre liste de choses à faire pour équiper les laboratoires d’apprentissage mobiles :

Systèmes de charge solaire – FAIT
Serveurs Wi-Fi RACHEL-Plus – FAIT
Nouveau contenu éducatif incroyable – FAIT

Les Laboratoires d’apprentissage mobile (LAM) ouvriront leurs portes à 750 étudiants de 4e, 5e et 6e année dans cinq communautés au début d’octobre dans le district de Koinadugu, dans le nord de la Sierra Leone. En utilisant des tablettes électroniques de 7 pouces, les étudiants auront accès à des contenus éducatifs de qualité supérieure. Certains contenus seront disponibles en format vidéo sous forme de livres électroniques, de jeux et de programmes interactifs. En outre, il existe une myriade de contenu éducatif portant sur l’apprentissage de différents sujets : l’anglais, les mathématiques, la biologie, la chimie, la géographie, le codage informatique et plus encore. Les étudiants auront également accès à de l’information sur divers sujets, en passant de la santé à l’agriculture à l’entrepreneuriat. Ils pourront visiter leur LAM local sur une période de deux heures par semaine, d’octobre à juin. Ils y seront en mesure de travailler sur ce qu’ils souhaitent ou ont besoin d’améliorer, à leur propre rythme. Mis en place dans un espace entièrement autodirigé, le LAM permet aux élèves de travailler de façon autonome ou en groupe. Nos essais pilotes ont déjà permis de démontrer l’énorme intérêt et engagement de la part des élèves envers l’initiative. Maintenant, nous allons commencer à mesurer l’impact du LAM sur leur rendement scolaire et sur le développement de leurs compétences non cognitives, telles que la confiance en soi, la motivation intrinsèque et leurs aspirations futures.

Jetez un œil à notre courte vidéo pour en savoir plus sur le LAM!

Wanda Bedard
Présidente, 60 millions de filles

Changer les choses

Vous êtes-vous déjà demandé si une seule personne peut changer les choses? Lisez ce qui suit sur Catherine et Helen. Elles ont décidé de changer les choses en soutenant 60 millions de filles pour que les filles de Tanzanie et de la Sierra Leone puissent recevoir une éducation de qualité.

Sous le nom Moveable Feast, Catherine a servi des soupers gastronomiques lors de réceptions intimes tenues par des Vancouvérois pendant plusieurs années. Elle a cessé ces activités l’an passé, puis vient tout juste de les reprendre cet automne, cette fois-ci en tant qu’entreprise sociale. Chaque mois, Catherine présente de délicieux menus alléchants aux amateurs de bonne cuisine et tous les profits sont remis à 60 millions de filles. En plus d’offrir de succulents repas, Catherine parle de la Fondation et de son travail.

Merci, Catherine, pour cette merveilleuse initiative.

Helen Pantelis soutient 60 millions de filles depuis longtemps. À la fin de l’été, Helen, habilement secondée par des membres de sa famille, a tenu un cocktail dînatoire à son domicile au bénéfice de la Fondation. Pour faire découvrir la Fondation à ses invités, elle a éparpillé une foule de faits sur 60 millions de filles partout dans sa maison. De plus, Wanda a été invitée pour parler des avantages de l’éducation des filles et a décrit nos récents projets en Tanzanie et à la Sierra Leone. Un don de 50 $ était demandé aux invités, mais plusieurs d’entre eux ont donné beaucoup plus.

L’événement a connu un immense succès. Nous sommes très reconnaissants à Helen, à sa famille et à tous les invités qui ont été si généreux.

MERCI D’AIDER À CHANGER LES CHOSES!

 

 

Passer de l’intérêt à l’action
Par Emily Robertson

On m’a présenté 60 millions de filles alors que j’étais étudiante au secondaire à Queen of Angels Academy, une école pour filles de Montréal. Chaque année, les étudiantes aidaient à collecter des fonds pour 60 millions de filles et à faire connaître la Fondation au sein de leurs collectivités. Lorsqu’on m’a présenté 60 millions de filles, j’ai voulu en savoir davantage sur les inégalités entre les sexes qui empêchent les filles dans les pays en développement d’avoir accès à une éducation de qualité. J’ai immédiatement voulu participer et aider à modifier cette injustice.

J’étudie actuellement à l’Université Queen’s en science politique, avec une concentration en relations internationales. J’ai ainsi eu l’occasion d’apprendre comment fonctionnent les gouvernements, de comprendre le développement international et comment des organisations comme 60 millions de filles peuvent aider à changer les choses. Cet été, j’ai travaillé à Montréal et je voulais encore une fois appuyer la Fondation. J’ai été inspirée par leur récent projet comportant la technologie RACHEL-Plus qui est utilisée pour un programme parascolaire visant à éduquer davantage les enfants se servant de tablettes sans fil alimentées à l’énergie solaire. Je voulais être bénévole pour aider et j’ai eu la chance de collaborer aux données de recherche de cet incroyable projet.

Cette expérience m’a ouvert les yeux au travail qu’effectue 60 millions de filles. J’ai rencontré d’incroyables personnes dévouées et ingénieuses. Elle a renforcé ma passion pour l’éducation et le développement international. Je suis extrêmement reconnaissante pour cette occasion et j’espère continuer à faire du bénévolat pour cette organisation, et ce, de quelconque façon. J’ai appris que les citoyens ordinaires comme moi peuvent changer les choses.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *