Notes de la Sierra Leone : le Premier Test

Introduction du Laboratoire d’apprentissage mobile

 Par Wanda Bedard, fondatrice et présidente de 60 millions de filles

Je suis bouleversée…. Si je devais écrire les résultats de notre premier test du Laboratoire d’apprentissage mobile, je n’aurais pas pu imaginer un meilleur scénario. Et, si je n’avais pas été là pour le voir moi-même, je ne l’aurais probablement pas cru.

L’ÉQUIPE COMPREND :

Samuel et Matthew – spécialistes en TI de CAUSE, qui travaillent avec le programme d’alphabétisation par les pairs (AP), la bibliothèque mobile et les programmes CIAR (Centre intégré d’apprentissage et de ressources) après l’école.

Balla Musa – membre de CAUSE, qui supervise le programme AP et une partie du programme CAUSE Kids.

Barb – membre de CAUSE, qui travaille spécifiquement sur notre projet d’évaluation ainsi que sur le programme AP.

 UN PEU DE CONTEXTE

Nous avions installé le Laboratoire d’apprentissage mobile, le RACHEL Plus et 30 tablettes au CIAR et nous avions demandé à quatre écoles primaires locales de nous envoyer chacune 5 à 10 élèves de cinquième année. Aucun de ces élèves n’avait jamais participé au programme d’alphabétisation par les pairs de CAUSE. Trente-deux étudiants se sont présentés : 19 garçons et 13 filles. CAUSE a laissé les enseignants de ces écoles décider qui inviter.

Notre objectif initial était de voir comment les enfants allaient réagir avec les tablettes – ce serait une première étape importante pour comprendre comment notre idée d’autoapprentissage dirigé allait se concrétiser. L’intention derrière notre projet est d’offrir, après l’école, un accès à des logiciels éducatifs hors ligne pour améliorer les résultats d’apprentissage et soutenir la motivation intrinsèque des élèves à apprendre. Avec de grandes classes et des professeurs mal formés, nous cherchions une autre façon d’apprendre aux enfants par le biais de la technologie.

LE TEST

La session devait débuter à 15 h au CIAR. Nous avions installé 40 chaises avec une table et un accoudoir. Nous avions préparé de l’eau pour chacun des enfants ainsi qu’un registre afin qu’ils puissent signer. Leurs enseignants sont également venus avec les enfants, bien qu’il leur ait été dit qu’ils ne pouvaient qu’observer. On leur avait seulement mentionné que CAUSE voulait tester un nouvel outil d’apprentissage avec les enfants. Mais, ils ont insisté pour rester, car ils étaient curieux.

La moitié des enfants sont arrivés à 15h, l’autre moitié, à 15h30. Donc, le premier groupe d’enfants a dû attendre 30 minutes sans rien à faire. Samuel et Matthew discutaient avec eux et les distrayaient. Lorsque les étudiants sont finalement arrivés, ils se sont assis à côté de leurs camarades de classe et les professeurs se sont assis à l’arrière de la salle.

À 15h45, Samuel et Matthew ont distribué les tablettes éteintes. Chaque enfant en a reçu une, à l’exception de deux couples d’étudiants qui ont dû les partager. Nous n’avons pas donné d’écouteurs. Juste avant de distribuer les tablettes, Samuel a demandé à chacun des enfants si eux ou leur famille avaient un téléphone cellulaire. Trois ou quatre enfants ont répondu que oui. Aucun d’eux n’avait jamais eu accès à un ordinateur.

Chaque enfant a reçu la tablette éteinte sur son bureau, sans instructions. Samuel et Matthew sont ensuite allés se parler en avant de la classe, faisant dos aux enfants.

Les élèves semblaient surpris et intrigués par le dispositif reçu.

Les enfants ont compris comment utiliser la tablette et accéder à l’information, sans instruction ni interaction avec les adultes.

 Au bout de 30 secondes, un des élèves a trouvé comment allumer sa tablette. Au bout d’une minute, elles étaient toutes allumées et les enfants prenaient des photos et des vidéos. Ils ont pris des photos de tout, y compris des uns et des autres en train de prendre des photos! Certains ont compris comment modifier les images et les mettre ensemble dans un collage. Ils ont expérimenté avec les options portrait et paysage et ont appris que, s’ils tournaient la tablette, l’image changeait de sens. Cette activité était si intense. Les enfants prenaient la pose et riaient tellement que nous avons tous pensé qu’ils ne feraient que cela de toute la session.

Mais, après 15 minutes, un des élèves regardait une vidéo de Fantastic Phonics (FP). Il avait réussi à se connecter à RACHEL et avait sélectionné FP. En quelques minutes, une vague d’étudiants après l’autre était connectée, d’une section de la classe à l’autre. Au bout de 20 minutes, certains enfants étaient même sur Wikipédia.

Au bout de 24 minutes, j’ai vu un étudiant essayer de se connecter au service de messagerie. Moins de 10 minutes plus tard, nous avons entendu la première vidéo TED Talk, puis une autre. À ce moment, les élèves changeaient de place, s’entraidaient, parlaient aux élèves des autres écoles, partageaient ce qu’ils avaient appris. Des rires résonnaient dans la salle. Un jeune homme était tellement impressionné par les possibilités de la tablette qu’il se lançait dans une petite danse de célébration chaque fois qu’il réussissait quelque chose de nouveau!

Certains enfants se tenaient debout à ce moment; certains avaient un ami qui prenait la pose à l’extérieur pendant qu’ils le prenaient en photo. S’ils devaient quitter la pièce pour aller aux latrines, ils posaient doucement la tablette sur leur bureau. Chaque étudiant a manipulé la tablette avec soin. Certains ont prétendu qu’il s’agissait d’un téléphone cellulaire et l’ont mise à l’oreille, faisant semblant de parler.

Pas une fois, aucun des étudiants n’a demandé à un adulte de l’aide ou des conseils. Ils se parlaient les uns les autres pour obtenir de l’aide ou pour voir ce qui se passait lorsqu’ils entendaient de nouvelles voix à partir des vidéos ou pour voir des images intéressantes.

À 16h40, Samuel a dit aux élèves que la session était terminée et leur a demandé de retourner à leurs sièges. Il leur a alors dit d’éteindre les tablettes sans plus d’instructions. Comme chaque enfant était capable de l’éteindre, il a soulevé la tablette dans la main pour montrer que cela avait été fait. Les tablettes ont ensuite été ramassées. Trente tablettes dûment retournées et couvertes d’empreintes digitales!

Samuel, Matthew et Balla Musa ont ensuite demandé aux élèves ce qu’ils avaient pu faire : prendre des photos, prendre des vidéos, lire, faire des mathématiques, jouer à des jeux, lire la Bible (je ne savais pas que c’était sur RACHEL), regarder des films, etc. Lorsqu’on leur a demandé s’ils voulaient revenir la semaine prochaine, ils ont crié en chœur très fort : « OUI! »

Y avait-il quelque chose qu’ils n’aimaient pas? Très vite, ils ont répondu qu’ils aimaient tout. Qu’ont-ils apprécié le plus sur les tablettes? « Nous aimons apprendre par nous-mêmes, tranquillement. Il n’y avait pas de hurlements ni de menaces. » Ce sont les mots exacts des élèves. Et, rappelez-vous, leurs professeurs étaient assis dans la pièce et les entendaient. C’était un autre groupe d’enfants de l’heure d’avant. Ils souriaient toujours et riaient.

J’étais dépassée. J’étais sûre que les gamins prendraient un certain temps simplement pour allumer les tablettes. Une fois qu’elles étaient allumées, ils ont intuitivement essayé de toucher l’écran avant de comprendre qu’ils pouvaient faire glisser d’un côté à l’autre et de haut en bas. Ils étaient déterminés à essayer toutes les combinaisons possibles de boutons, clics et autres fonctions afin de découvrir quelque chose de nouveau.

La plupart de la classe travaillait naturellement en petits groupes, se déplaçant à volonté pour obtenir ou donner de l’aide à quelqu’un et jeter un œil à ce que les autres avaient trouvé. Mais, quelques étudiants – environ 10% – travaillaient seuls, totalement absorbés par ce qu’ils faisaient, bougeant à peine pendant tout ce temps.

Balla Musa a demandé aux enseignants ce qu’ils en pensaient. On leur avait donné des ordinateurs sans instructions alors que les enfants étaient sur les tablettes. Un seul des enseignants avait une certaine expérience en informatique. Ils ont réussi à se rendre sur FP et ont été complètement fascinés par leurs découvertes. Ils nous ont dit qu’ils ont vu la grande valeur du contenu disponible, lequel pourrait les aider dans leur enseignement, et qu’ils souhaitaient y avoir accès. Balla Musa, avec un tact et une diplomatie extraordinaires, a répondu que cela serait pris en considération, mais que, comme ils en conviendraient, ces tablettes étaient d’abord et avant tout pour aider leurs étudiants.

Après que les étudiants et les professeurs soient partis, j’ai parlé à l’équipe CAUSE. À l’écoute du premier son d’une tablette allumée, Samuel et moi nous nous sommes regardés l’un et l’autre avec émerveillement. Tant lui que Matthew étaient stupéfaits de ce que nous venions de voir. Nous ne pensions pas que les enfants seraient capables d’aller si loin aussi vite – en particulier d’être en mesure de se connecter à RACHEL, ce qui nécessite quelques commandes à exécuter dans un certain ordre. Balla Musa a admis qu’il n’était pas certain que toutes les recherches que j’avais expliquées au sujet de l’impact de l’apprentissage autodirigé sur les compétences non cognitives soient vraies. Il affirme maintenant comprendre exactement ce dont nous parlons.

Barb était également surprise de voir comment l’ambiance de la classe a changé et de constater tout ce que les enfants pouvaient accomplir. Tout le monde a noté qu’ils n’ont jamais demandé notre aide!

Je ne pense pas que j’aurais cru en la transformation de ces enfants en une heure si je ne l’avais pas constatée de mes propres yeux. Ils ont tellement faim d’apprendre et sont aussi curieux que tous autres enfants dans le monde. Ils sont intelligents, intéressés et capables et crient pratiquement pour avoir la chance d’apprendre dans un environnement paisible, à leur propre rythme en faisant ce qu’ils veulent. Et, plus que tout, j’ai vu des enfants passer un moment merveilleux! Nous sous-estimons trop ce que ces enfants sont capables de faire.

 Suivez-nous sur Facebook et Twitter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *