2013 – Éthiopie

PROMOUVOIR UNE ÉDUCATION GLOBALE POUR LES FILLES EN ÉTHIOPIE

Partenaire : Right To Play

RightToPlay

Ce projet se sert du pouvoir du sport pour améliorer l’environnement scolaire des enfants. Il mobilise les communautés pour qu’elles appuient l’éducation, en particulier celle des filles. En partenariat avec le ministère de l’Éducation et le gouvernement local, l’organisme Right To Play implantera des méthodes d’apprentissage basées sur le jeu dans deux écoles ciblées du woreda (district) Wuchale de la région d’Oromi, en Éthiopie.

La Fondation 60 millions de filles subventionnera Right to Play pour un montant de 100 000 $. Les objectifs du projet sont :

    • d’offrir à 2 500 enfants, dont 1 500 filles, des activités d’apprentissage expérientiel, régulières et structurées, basées sur le jeu, et mettant l’accent sur des comportements sains et positifs;
    • de former 50 enseignants pour mettre en place ces activités et favoriser des techniques interactives d’apprentissage dans leur classe ;
    • de sensibiliser les communautés autour des deux écoles identifiées à l’importance de l’éducation des filles et aux comportements qui traduisent concrètement cette valeur.

Historique

Il existe de nombreux défis, connus et documentés, relatifs à l’éducation des filles éthiopiennes. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment la pauvreté, le manque de facilités, les distances pour aller à l’école, les tabous entourant la sexualité et la santé génésique, ainsi que les perceptions de l’importance de l’éducation. La situation est d’autant plus complexe que ces facteurs sont en corrélations dynamiques. Pour illustrer l’importance du projet, en Éthiopie, seulement 1 filles sur 5 ayant débuté le primaire le complètera. Par la suite, dans la période entre 11 et 14 ans, des recherches ont démontré que les probabilités qu’une fille quitte les études, si elle s’est rendue à ce stade, sont encore plus élevées. À ce moment entrent en jeu des facteurs relatifs entre autres à la puberté, aux mariages forcés et aux grossesses précoces.

Wuchale compte plus de 110 000 personnes, dont 45% sont des enfants. C’est une région rurale, aux fortes valeurs traditionnelles, caractérisée par une agriculture de subsistance. L’accès de la population aux services sociaux – telles la santé ou l’éducation – est considéré, selon les normes nationales, comme l’un des plus faibles d’Éthiopie.

Les objectifs du projetLes enfants participant à ce nouveau programme bénéficieront de connaissances accrues sur des pratiques d’hygiène et de compétences de vie. Dans des programmes précédents, une participation régulière des élèves a montré un renforcement des réseaux de pairs et une amélioration de l’environnement social de l’école – contribuant ainsi à réduire le décrochage. Intégré au système scolaire, le programme de formation des enseignants en tant qu’entraineurs permettra d’améliorer les pratiques pédagogiques et de diminuer le décrochage. Enfin, les communautés seront reliées et intéressées au programme par la direction de l’école et par des activités appropriées.

Activités

    • En formant les enseignants aux méthodes de Right To Play, et en leur donnant accès aux ressources de l’organisme, la qualité de l’enseignement s’améliorera.
    • Les enseignantes recevront davantage de formation technique relative au conseil.
    • La sensibilisation des communautés à l’importance de l’éducation des filles va permettre de renforcer un environnement favorable aux études.
    • Par une participation régulière au programme, les enfants pourront partager leur expérience et apprendre comment mener une vie plus saine.
    • De l’information adaptée sera présentée concernant l’hygiène, le VIH-Sida et la santé sexuelle et génésique. La participation développera des compétences de vie permettant de mettre ces connaissances en pratique.

Résultats spécifiques

    • L’environnement d’apprentissage sera plus favorable à la participation des enfants.
    • L’environnement social de l’école renforcera les réseaux de pairs, notamment par le travail d’équipe, la coopération et le respect.
    • La création de « Clubs de filles » est prévue dans les écoles participantes.
    • Des liens structuraux aux services sociaux seront mis en place.

Résultat global

    • Une diminution du décrochage, plus précisément chez les filles pendant la dernière moitié de leur cours primaire.

Pourquoi un partenariat avec Right To Play ?

Depuis plus de 11 ans, RTP a amélioré la vie des enfants en canalisant l’énergie du sport et du jeu dans des programmes d’apprentissage innovateurs. Son action a porté dans plus de 25 pays d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique latine, rejoignant en moyenne 700 000 enfants et jeunes par semaine.

RTP possède une expertise de travail dans les environnements éducatifs aussi bien formels qu’informels, son but étant de développer chez les enfants les plus marginalisés la capacité d’entreprendre et de compléter une éducation formelle. Les enseignants sont formés spécifiquement à ces méthodes pédagogiques et au développement de programmes scolaires adaptés. Ils peuvent ensuite appliquer ces nouvelles méthodes en classe, soit en les intégrant dans les programmes existants, soit comme compléments parascolaires. L’apprentissage prend donc place en classe et à l’extérieur, dans un milieu moins formel. Les activités du programme mettent l’accent sur l’inclusion des groupes vulnérables et des filles. Par l’entremise de sports et de jeux bien conçus, il peut se produire un changement dans les attitudes voulant que les enfants – incluant les filles – soit exclus des activités concrètes de la société qui les entoure.

Tous les programmes insistent sur le développement de compétences de vie essentielles. En participant au programme, les enfants et les jeunes peuvent adopter et maintenir des attitudes et des comportements tels que l’estime de soi, l’empathie, la résilience, la responsabilisation et l’implication, les capacités de décision, de communication, de travail d’équipe et de désir d’apprendre, tous essentiels pour leur succès dans l’environnement scolaire.

Right To Play veut autonomiser les filles, les garçons, les femmes et les hommes par l’éducation, rendant ainsi possible de créer un monde meilleur et plus juste. L’organisme croit notamment que l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes est la responsabilité de chacun, et ce dans tous les secteurs. La priorité pour le développement de l’éducation des filles est de fournir «Une éducation de base pour tous» permettant aux filles non seulement d’acquérir des connaissances, mais également des compétences de vie essentielles faisant partie d’un processus éducatif holistique et incluant des thèmes importants pour la santé. Cela exige la collaboration entre organismes travaillant à des objectifs similaires, tels que Right To Play et la Fondation 60 millions de filles.