2011 – Sierra Leone

ÉDUCATION, ÉGALITÉ ET DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES POUR LES FILLES EN SIERRA LEONE

Partenaire : CAUSE Canada

Le partenariat prévu pour deux ans entre 60 millions de filles et CAUSE Canada fera en sorte que, dans 15 écoles du District de Koinadugu en Sierra Leone, 4 515 enfants (dont 2 305 filles) auront accès à des standards et des niveaux d’éducation plus élevés, ainsi qu’à des programmes en santé et en leadership. Des Clubs de mères recevront du soutien pour fournir du mentorat et des modèles de rôle aux filles de 6 à 17 ans, de façon à promouvoir leur éducation et de meilleures pratiques en santé. Ces clubs vont aussi développer et opérer des projets générateurs de revenus dans leur communauté, de façon à contribuer aux coûts de l’éducation des filles et au soutien de l’école et de ses programmes. Les filles pourront ainsi devenir des leaders plus autonomes grâce à l’influence de leurs pairs, qui prendra la forme de marrainage des filles du primaire par celles du secondaire. Professeurs et élèves auront aussi accès à du matériel pédagogique, des livres et des fournitures. De plus, la qualité de l’éducation sera accrue par des ateliers de formations des enseignantes. Enfin, des bourses d’étude seront offertes aux plus motivées et talentueuses des filles pour qu’elles puissent devenir enseignantes en milieu rural, là où les besoins sont énormes (particulièrement dans le District de Koinadugu).

Historique

L’indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) aux réfugiés place la Sierra Leone parmi les pays les plus pauvres du monde : 75% de la population y vit avec moins de 2 $ par jour. Les femmes et les filles sont encore plus désavantagées. Les dix (10) années de guerre civile vécues par le pays ont en effet exacerbé les inégalités préexistantes entre hommes et femmes, notamment par l’usage systématique du viol, l’esclavage sexuel, les amputations et les rapts. Bien que la Sierra Leone se relève péniblement des séquelles de cette guerre, la situation des filles et des femmes, elle, ne s’est pas améliorée. Les mariages précoces et le travail des enfants, entre autres, restent toujours pratiques courantes.

Il a été démontré que l’éducation est le moyen le plus significatif pour abolir les inégalités garçons-filles. En Sierra Leone, cependant, ces dernières doivent faire face à de nombreux obstacles s’opposant à leur fréquentation de l’école, d’abord, puis à leur réussite scolaire. Selon l’UNESCO, seulement 70% des filles inscrites à l’école primaire vont terminer ce premier cycle, vs 92% des garçons. Plusieurs facteurs expliquent le phénomène, dont :

      • le manque de ressources financières pour envoyer les filles à l’école;
      • les mariages précoces;
      • de lourdes responsabilités familiales pour les filles;
      • un manque de ressources éducationnelles appropriées;
      • la primauté accordée à l’éducation des garçons;
      • la charge de travail énorme des mères.

Les objectifs du projet

      1. Accroître les inscriptions, le maintien et le taux de réussite scolaire des fillesCe premier objectif sera atteint dans le cadre du programme de CAUSE Canada intitulé Autonomisation des femmes. Celui-ci met l’accent sur l’importance de l’éducation des femmes, incluant leur valorisation de la fréquentation scolaire de leurs enfants, particulièrement de leurs filles. Le soutien des Clubs de mères va promouvoir le dialogue avec les filles de la communauté et fournir des modèles de rôles. Ces clubs vont aussi collecter des fonds – par des activités commerciales – pour d???une part aider les filles les plus marginalisées à payer leurs frais de scolarité et, d’autre part, promouvoir la survie à long terme de l’école de la communauté et de ses programmes. Des services de santé (incluant la distribution de serviettes sanitaires) pourront favoriser l’assiduité des filles à l’école, en évitant qu’elles ne s’absentent une semaine par mois. Enfin, la formation des enseignantes va améliorer leur capacité à donner une éducation de qualité et aider à accroître leur nombre. Toutes ces initiatives ont pour but de promouvoir l’éducation des filles comme prioritaire pour la communauté.
      2. Développer les compétences en leadership des fillesCe second objectif sera atteint par un Programme de mentorat destiné à donner aux filles des exemples concrets des bénéfices de la fréquentation scolaire. Dans le cadre de ce programme, des étudiantes du niveau secondaire serviront de marraines à des filles du primaire : chaque jour, après la classe, elles aideront leurs cadettes dans l’apprentissage de la lecture et du calcul, pour les intéresser à l’école. De la sorte, elles peuvent servir aux fillettes des modèles de rôles. Du personnel de CAUSE Canada va former ces marraines par différents moyens, dont des jeux, etc. L’organisme leur fournira aussi des uniformes, paiera leurs frais de scolarité et de formation informatique (qu’elles valorisent particulièrement) pour compenser leurs services. Ajouté à cela, CAUSE a mis sur pied un Programme de gouvernance scolaire destiné à fournir des connaissances sur les droits humains et politiques tout en donnant aux élèves, garçons et filles, des opportunités égales pour parvenir aux positions élues de leadership dans leur école. Les élèves du niveau primaire seront ainsi formés au leadership démocratique et ensuite élus, par exemple, ministres de l’Agriculture, de la Santé, des Infrastructures, de la Culture, etc., pour gérer les affaires de l’école. Dans le passé, les élèves ont pris ces responsabilités très au sérieux. Enfin, le Programme des Clubs de mères va fournir du soutien pratique, du mentorat, des modèles de rôles et de la formation au leadership.
      3. Améliorer la qualité de l’éducationCe troisième objectif sera atteint par le soutien aux enseignants et aux élèves. Cela inclut les programmes de mentorat, la formation des enseignants et la fourniture de matériel scolaire dans 15 écoles. Il y a aussi des bourses pour les filles particulièrement douées et motivées, de façon à ce qu’elles puissent poursuivre leur formation et devenir enseignantes en milieu rural. Ceci est un besoin crucial, car il y a peu d’enseignantes actuellement dans les écoles du District de Koinadugu. Comme les enseignants sont des membres très respectés dans les villages, former les femmes à ce métier permet leur autonomisation.

Le plus grand risque auquel le projet sera confronté est la culture prédominante du pays qui a démontré, dans le passé, le peu d’importance de la scolarisation des filles. Toutefois, cette culture est en train de changer. Ainsi, des lois nationales récentes rendent maintenant obligatoire la fréquentation scolaire de tous les enfants – incluant donc les filles – jusqu’à l’âge de 16 ans. Par ailleurs, les mariages précoces forcés ont été déclarés illégaux, ce qui rend davantage possible pour les filles de s’instruire. La population en général, incluant celle des régions rurales du pays, devient donc de plus en plus réceptive à ces nouveaux comportements. Un autre défi du projet est le développement à long terme d’une éducation de qualité alors que le soutien gouvernemental est minimal. Ceci sera quelque peu compensé par les clubs de mères et par les associations parents-enseignants dans chaque école où la participation aux décisions sera encouragée. La viabilité du projet est une composante intégrale de l’ensemble. En effet, les connaissances et l’autonomisation des étudiantes ne peuvent être mises de côté une fois développées. Il est à espérer que, lorsque les obstacles à la scolarisation des filles seront franchis, les familles vont mettre l’accent sur l’éducation de leurs filles, et ceci d’autant plus qu’elles prendront conscience des impacts positifs de ce mouvement sur leur famille et leur communauté.

Pourquoi un partenariat avec CAUSE Canada?

Fondé en 1984 à Montréal, Québec, CAUSE Canada est un organisme international d’aide au développement qui vise à autonomiser les communautés et les individus des régions défavorisées en les aidant à surmonter la pauvreté et à améliorer leur qualité de vie. Au cours de 22 dernières années, CAUSE Canada a développé des projets en Sierra Leone par CAUSE Canada Sierra Leone Partenariat (CCSLP). Ce bureau local semi-autonome emploie plus de 50 sierra leoniens – infirmières, enseignants, travailleurs sociaux, ingénieurs, comptables, directeurs de projets – incluant le directeur, lui aussi sierra leonien, qui compte de nombreuses années d’expérience en gestion de projet.

Pendant les 10 ans de guerre civile dans ce pays, CAUSE Canada a mis en place des programmes de soutien et de réhabilitation. Cela comprenait des programmes d’assistance aux personnes déplacées et aux réfugiés, des projets de reconstruction, d’autres de réintégration socio-économique des amputés de guerre ou d’ex-enfants soldats. Des programmes spéciaux ont aussi été mis en place pour les femmes et les filles affectées par la guerre, de façon à favoriser leur retour à l’école ou leur acquisition d’une formation professionnelle.

Depuis la fin des hostilités, CAUSE Canada s’est joint à l’UNICEF et au Gouvernement de la Sierra Leone pour reconstruire les infrastructures scolaires à travers le pays. Cela a signifié la construction d’écoles, de puits, de latrines, la fabrication de pupitres, de chaises et de tables pour les élèves et enseignants, ainsi que la distribution de manuels et de fournitures scolaires. En plus, CAUSE Canada a fait la promotion de la formation dans les associations parents-enseignants, aidant de la sorte à développer un sentiment d’appartenance à la communauté.

En avril 2006, CAUSE a lancé un programme intitulé CAUSE Enfants. Selon ce modèle, aucun enfant n’est oublié. Une école entière est soutenue, et l’accent est mis à la fois sur l’importance de l’accès à l’école pour les filles et à la fois sur la qualité de l’éducation que chaque enfant reçoit. Le programme a été appliqué dans le District de Koinadugu, région isolée de la Sierra Leone qui, ayant été particulièrement dévastée par la guerre, avait un urgent besoin d’infrastructures scolaires et d’enseignants qualifiés. En date de septembre 2010, environ 5 000 élèves du primaire ont bénéficié du programme CAUSE Enfants dans cette région.

Un des principes fondamentaux de CAUSE Canada est de répondre aux besoins d’une communauté avec des projets intégrés et viables. En parallèle avec son programme CAUSE Enfants, CAUSE Canada a mis sur pied un programme de cinq (5) ans appelé Programme d’autonomisation des femmes dans lequel les femmes des villages apprennent à lire, ont des cours de leadership, incluant la gestion et les compétences financières, et des cours de développement d’entreprise. L’un des bénéfices inattendus de ce programme a été l’intérêt enthousiaste que ces femmes, une fois formées, ont développé pour l’éducation formelle de leurs filles.