2018 – Tanzanie

ENCOURAGER L’ACCÈs À L’ÉDUCATION et À un meilleur environnement pour l’apprentissage

Partenaire : Entraide universitaire mondiale du Canada

Historique 

Au cours des deux dernières années, environ 300 000 réfugiés du Burundi ont fui leur pays pour chercher asile dans le Nord Ouest de la Tanzanie, où trois camps de réfugiés (Nduta, Nyaragusu et Mtendeli) sont à l’œuvre dans la région de Kigoma. Selon les statistiques de 2016 du HCR pour le camp de réfugiés de Nduta, seulement 7% des filles en âge de fréquenter l’école secondaire y sont réellement inscrites. Ces camps sont insalubres et surpeuplés. Les rations alimentaires ont récemment été supprimées et les établissements scolaires existants sont mal équipés et le personnel est en sous effectif. Il en résulte une fréquentation scolaire faible, particulièrement parmi les réfugiés les plus vulnérables comme les jeunes mères et les filles présentant des risques élevés de violences sexuelles ou basées sur le genre (VSBG), de grossesses ou mariage précoces.

Les filles réfugiées ont déjà de ruptures de ruptures dans leur scolarité. Plus longtemps les filles demeurent hors de l’école, plus elles sont susceptibles de ne pas y retourner, manquant ainsi des opportunités cruciales d’améliorer leur vie. L’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC) propose le projet Encourager l’accès à l’éducation et à un meilleur environnement pour l’apprentissage (ENABLE). Ce projet vise à soutenir les jeunes mères et filles à un moment critique de leur adolescence lorsqu’elles présentent des risques d’abandonner leurs études, souvent avant que les compétences de base en littératie et en calcul puissent être acquises. Il a également été démontré que l’éducation diminue la probabilité de mariages forcés, de grossesses précoces et de traite d’être humain, qui sont des risques majeurs pour des réfugiés.

Les objectifs du projet

La bourse de 100 000 $ allouée par 60 millions de filles à l’EUMC et son partenaire sur le terrain, Caritas Kigoma, soutiendra 350 jeunes mères et filles dans le camp de réfugiés de Nduta. Le projet a deux principaux objectifs :

    1. Améliorer l’accessibilité aux programmes éducatifs de qualité pour les jeunes mères et les filles présentant des risques élevés de VSBG, grossesses et mariages précoces.
    2. Améliorer les compétences personnelles essentielles et la confiance en soi des jeunes mères et des filles présentant des risques élevés de VSBG, grossesses et mariages précoces.

Le projet a pour objectif de recruter de jeunes enseignantes réfugiées. Ces enseignantes de soutien, supervisées par Caritas, feront classe chaque semaine les samedis, concentrant les apprentissages sur les compétences de base en littératie et en numératie, ainsi que sur d’autres éléments clés du programme scolaire du Burundi.

Ces classes visent trois objectifs : 1) fournir un espace sécuritaire d’apprentissage pour les filles vulnérables; 2) les outiller en compétences de base en littératie et en numératie; et 3) les encourager à s’inscrire dans le système éducatif officiel. Même si les filles ne sont pas capables de rejoindre le système officiel, elles tireront clairement profit de leur participation au programme de soutien, qu’il s’agisse du suivi psychosocial, d’une confiance accrue et d’une amélioration de leurs compétences en lecture, écriture et calcul. Les bénéficiaires ciblées iront en classe le samedi pendant toute l’année scolaire. Des cours supplémentaires leur seront proposés pendant les vacances scolaires. Ces initiatives seront complétées par un suivi psycho-social et un groupe d’entraide par les pairs.

Les résultats attendus pour le projet Encourager l’accès à l’éducation et à un meilleur environnement pour l’apprentissage (ENABLE) sont de soutenir les jeunes mères et les filles présentant des risques élevés de VSBG, grossesses et mariages précoces afin de :

    1. améliorer leurs compétences en littératie et en numératie et leurs habiletés personnelles essentielles;
    2. les encourager à se réinscrire dans le système éducatif officiel;
    3. leur donner confiance en elles pour poursuivre leurs aspirations personnelles et défendre leurs droits.

Le projet soutiendra des jeunes filles vulnérables ciblées par le biais d’un modèle éducatif de rattrapage innovant, combinant soutien académique avec l’aide de pairs et travail sur les compétences personnelles essentielles dans des environnements sûrs réservés aux filles.

Pourquoi un partenariat avec l’Entraide universitaire mondiale du Canada?

L’EUMC œuvre dans le secteur de l’éducation depuis 1957 et travaille en Tanzanie depuis 2015. Elle est reconnue en Tanzanie pour sa solide expertise en gestion de projet et ses capacités techniques dans les domaines de l’égalité des genres et de l’engagement des jeunes. L’EUMC possède également une expertise significative dans le domaine de l’éducation au Kenya, où elle a implanté des initiatives dans le domaine de l’éducation pour plus de 20 000 filles.

Caritas Kigoma, le partenaire local de l’EUMC, possède près de 50 ans d’expérience dans le district auprès de communautés hôtes, leur permettant d’améliorer leurs conditions de vie par la promotion de l’égalité des genres, l’éducation et les activités génératrices de revenus. Depuis le début de la crise des réfugiés burundais, Caritas a joué un rôle important dans l’acheminement de l’aide humanitaire et l’appui aux systèmes éducatifs pour les réfugiés.

Le partenariat entre 60 millions de filles et l’EUMC a déjà été un grand succès par le passé sur les projets d’éducation des filles dans les camps de réfugiés de Dadaab et Kakuma au Kenya et Dzeleka au Malawi.