février 2015

Nos projets pour 2015

Chaque automne, l’équipe de 60 millions de filles s’engage dans le très difficile, mais fascinant processus de sélection des projets qu’elle financera pour l’année suivante. En fait, nous travaillons sur ces processus tout au long de l’année : rencontrer de nouvelles organisations se spécialisant dans l’éducation des filles pour évaluer comment nous pourrions conclure un partenariat; assister à des conférences; discuter avec des experts en éducation et en développement; suivre les toutes dernières statistiques, tendances et innovations relatives à l’éducation; garder contact avec nos partenaires passés; et faire un suivi des derniers rapports de projets presque achevés.

Nous ne cessons d’apprendre tout au long de ce processus. Nous apprenons sur ce qui fonctionne le mieux dans différents contextes et dans diverses communautés. Nous apprenons comment atténuer les risques dans les régions particulièrement difficiles. Nous sommes constamment à la recherche de moyens pour que nos investissements aient le plus grand impact durable possible.

Depuis sa fondation en 2006, 60 millions de filles a appuyé 19 projets, y compris ceux de 2015, dans 14 pays, pour un investissement total de 2,1 millions de dollars (dépensant toujours moins de 1 % de nos dons en frais d’administration). Grâce à ces projets, plus de 15 000 enfants ont reçu un soutien direct, filles (au moins 50 %) et garçons, assurant la parité de genre là où elle est souvent très difficile à atteindre.

C’est avec plaisir que nous annonçons les projets que nous appuierons cette année grâce à votre générosité.

Nicaragua avec Change for Children

Nous investirons 100 000 $ dans l’éducation des filles autochtones de la réserve de la biosphère Bosawas au Nicaragua avec notre tout nouveau partenaire Change for Children. Connue comme étant « les poumons de l’Amérique centrale », Bosawas est la plus grande forêt tropicale humide au nord du bassin de l’Amazone, couvrant 7 % de la surface terrestre du Nicaragua. De plus, elle abrite les communautés autochtones miskitos.

       

Notre financement permettra la construction de deux écoles secondaires pour 200 élèves, dont 52 % sont des filles, dans les villages de Tuburus et d’Aniwas. Il n’y a actuellement pas d’école secondaire dans ces villages. Les filles n’ont particulièrement pas eu accès à l’éducation secondaire, car les parents jugent trop dangereux de les laisser quitter le village pour aller étudier ailleurs. Après la construction de l’école, le ministère de l’Éducation et la municipalité de Wiwili s’occuperont de payer les salaires des enseignants. Le gouvernement autochtone de Bosawas de l’Ouest fournira la traduction des documents du programme, et couvrira les coûts d’entretien et de réparation des écoles. Le projet comprendra également une campagne de sensibilisation sur l’importance de l’éducation des filles, qui atteindra 10 000 personnes sur une période de deux ans.

Ouganda avec la Fondation Stephen Lewis

Notre deuxième projet est notre quatrième partenariat avec la Fondation Stephen Lewis et il s’agit de la deuxième fois que nous appuyons le Nyaka AIDS Orphans Project en Ouganda. Nous sommes ravis de pouvoir soutenir le succès des deux écoles primaires de Nyaka en investissant dans la construction d’une école secondaire développée spécifiquement selon les besoins des filles et des orphelins. Une approche exhaustive et holistique permettra à ces enfants d’être en sécurité et entourés d’une communauté encourageante. Ils recevront de l’information sur la santé générale et reproductive, si importante pendant l’adolescence. De plus, ils pourront participer à une formation professionnelle.

       

Fait encore plus important, les filles ne se verront jamais refuser l’accès si elles tombent enceintes, comme c’est le cas dans d’autres écoles secondaires du pays (une politique qui place les filles en situation très vulnérable et marginalisée, leur laissant très peu de possibilités pour prendre soin d’elles et de leur enfant). Leur offrir du soutien et un accès à l’éducation assurera une bien meilleure situation pour elles et leur enfant.

Votre générosité contribue largement à la réalisation de ces projets. Merci d’investir dans la transformation de l’éducation des filles.

Wanda Bedard
Présidente, Fondation 60 millions de filles 

Éducation, technologie et Ebola
Par Bev Carrick, co-fondatrice de CAUSE CanadaLa crise actuelle de l’Ebola en Afrique de l’Ouest a fait des milliers de victimes et causé d’importantes perturbations, tant économiques que sociales, dans les communautés de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone. Au début de l’année 2015 par exemple, on comptait 10 150 cas en Sierra Leone seulement, pays où les taux d’infection avaient doublé au cours des deux derniers mois.

Heureusement, l’épidémie a eu aussi des retombées positives puisque des communautés éloignées ont adopté des mesures préventives en matière de santé publique. Ainsi, en donnant à de larges audiences extrêmement attentives une information réaliste au sujet de la propagation de l’infection, on a favorisé de nouvelles pratiques permettant de la combattre telles que l’importance de se laver les mains fréquemment ou encore des rites funéraires plus sécuritaires.

En juin 2014, les ravages d’Ebola ont amené le gouvernement de la Sierra Leone à fermer toutes les écoles du pays. Toutefois CAUSE Canada, par son Centre de ressources et d’apprentissage intégré situé à Kabala, a continué et continue toujours d’offrir de l’enseignement assisté par ordinateur, un accès aux bibliothèques et de l’éclairage permettant de lire lorsque la nuit tombe. Il y a chez les jeunes de cette partie éloignée du Nord du pays une telle soif d’apprendre que le Centre fonctionne à pleine capacité !

La Fondation 60 millions de filles a financé l’équipement du Centre en fournissant des ordinateurs portables à ces jeunes avides d’apprendre. Un service Internet n’étant pas disponible, on utilise comme serveur la technologie Raspberry Pi pour avoir accès non seulement à des livres numériques, mais aussi à des programmes tels que ceux offerts par la Khan Académie, notamment en sciences et en mathématiques. Les élèves du primaire et du secondaire, ainsi que les instituteurs intéressés, profitent donc de ces opportunités d’apprentissage numériques qui sont uniques et grandement valorisées.

En 2011, la Fondation 60 millions de filles avait subventionné CAUSE Canada pour mettre en place son Programme d’alphabétisation par les pairs en Sierra Leone. Par ce programme, on formait des filles du secondaire à la méthode phonétique et à l’enseignement à l’aide de jeux, de cartes et d’histoires. Au cours de l’année scolaire, celles-ci devenaient tutrices en alphabétisation des élèves du primaire. En retour, elles recevaient de l’aide pour poursuivre leurs études. Ce programme se continue toujours et il a constitué une aide précieuse face à la situation scolaire, compte-tenu des circonstances.

En effet, à cause de l’épidémie d’Ebola, le gouvernement du pays a non seulement fermé les écoles mais a aussi rendu illégal tout rassemblement de plus de 10 personnes. Toutefois, les tutrices du Programme d’alphabétisation par les pairs ont fait équipe avec les instituteurs locaux pour continuer d’offrir de l’aide à la maison à des groupes de 4 à 6 enfants à la fois. On utilise aussi des émissions radio pour atteindre une audience plus large d’élèves fort motivés!

C’est ainsi que, en Sierra Leone, la technologie a permis de contrer les difficultés provoquées par l’épidémie d’Ebola et de continuer le processus d’éducation.

Une pause réfléchir…
Par Lesley Stewart

Anita Chénier est propriétaire d’un studio de yoga à Laval. Elle sait que les recherches démontrent que les techniques de méditation et de relaxation ont des effets thérapeutiques sur la maladie et la douleur. De même, Anita sait que les recherches démontrent que, de tous les investissements communautaires effectués dans le monde en développement, l’éducation est l’un des plus efficaces. Sa compréhension de l’importance de l’éducation a été approfondie par des visites en Inde en 2012 et 2014. Anita a voyagé au Ladakh, une région très éloignée au nord du pays. Là, elle a visité trois écoles où elle a pu constater elle-même l’effet transformatif de l’éducation sur les enfants, leurs familles et leur communauté.

L’automne dernier, le studio de yoga d’Anita a tenu des soirées de méditation pour une période de sept semaines et nous a fait un don de 30% des revenus – un peu plus de 500 $. Sa générosité assure que nous pouvons continuer à soutenir des projets éducatifs qui auront un impact sur les filles et leurs communautés.

60 millions de filles chez Google
Par Lesley Stewart

Grâce à la générosité de Google à Montréal, 60 millions de filles a eu la chance de présenter un événement à leurs bureaux le 5 février. Une salle comble de près de 100 personnes a participé à ce cocktail 5 à 7 dont le thème était l’éducation et la technologie. Nos invités ont pu voir et essayer les logiciels éducatifs du Raspberry Pi/Rachel. Ce système d’auto-apprentissage par ordinateur permet aux étudiants et aux enseignants d’améliorer leur accès à de l’information et à des programmes de tutorat même dans les coins les plus isolés du monde. Il y avait également une excellente démonstration de « Google Glasses » et comment nous pourrions envisager l’avenir de la technologie. Nous remercions beaucoup Marie-Claude Élie d’avoir coordonné l’événement pour nous, ainsi de son grand enthousiasme pour la Fondation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *